L’Encyclopédie des savoir-faire ancestraux
Le pemmican

Trucs et astuces ancestraux  à appliquer « ou pas » pendant votre déconfinement

Le pemmican est un aliment portable, durable et à haute teneur en énergie qui a été inventé par les Premières Nations. Il est composé de viande maigre et séchée qui est broyée en poudre et mélangée à de la graisse chaude et fondue. Parfois, les gens ajoutent également des fruits broyés et séchés.

L’avantage du pemmican : c’est une nourriture dense, riche en protéines et en énergie. Il a la qualité de ne pas moisir, peut se conserver des dizaines d’années. Il servait à ravitailler les voyageurs de la traite des fourrures qui fréquentaient les régions des prairies où la nourriture pouvait se faire rare, surtout en hiver.

Faites la connaissance de Jo, votre guide à travers le partage de ces savoir-faire! Il avait d’ailleurs ce mot à vous dire :
Ah vous êtes là ! Bonjour, bonjour ! Moé c’est Jo, ARTISAN DE LA MÉMOIRE PATRIMONIALE COLLECTIVE. Vous ne savez peut-être pas encore c’est quoi mon rôle à moé à la SODECT, mais m’en v’la vous le dire. En tant qu’ARTISAN DE LA MÉMOIRE PATRIMONIALE COLLECTIVE, la SODECT m’a mandaté d’un projet spécial durant le confinement. Oui Madame, oui Monsieur! La SODECT m’a mandaté, moé, pour regrouper dans une encyclopédie tous les savoir-faire ancestraux susceptibles de vous être utiles pour passer à travers la crise du COVID 19. N’allez pas penser que je pète les bretelles en petit Jo connaisseur là !  J’y connais rien de plus que vous là-dedans. Mais avec mes super pouvoirs qui me permettent de remonter le temps et mon esprit déductif hors pair; le radio-roman 1804 : l’Odyssée m’ont inspiré une idée génie! L’idée est simple, mais fallait y penser; remonter le temps pour aller piquer une jasette avec les artisans des savoir-faire ancestraux pour qu’ils me transmettent leur connaissance pour vous les transmettre par la suite à travers mon Encyclopédie des Savoir-Faire Ancestraux : trucs et astuces ancestraux à appliquer « ou pas » pendant votre confinement. Vous me suivez ?

Préparez votre propre pemmican!

Vous avez peut-être trouvé comme moi que les biscuits de matelots c’est une peu sec, voire très dur ! Eh bien, je me suis une fois de plus inspiré des histoires de nos voyageurs favoris, Léonie aka Léon, Aldéric, Clovis, Élizabeth et Nazaire dans 1804 – L’Odyssée pour vous dénicher une recette pouvant accompagner vos biscuits de matelot. Dans l’épisode 3, alors que Léonie et Aldéric traversent les grandes portes de bois de Fort Niagara, ils remarquent trois autres voyageurs, probablement des voyageurs de la Compagnie de la Baie d’Hudson préparant du Pemmican. Le Pemmican c’est une autre recette de survie par excellence ! C’est une sorte de pâté à la viande ben salée faite de viande de cerf ou tout autre animal que l’on peut chasser ou se procurer au super marché, de graisse animale et de petits fruits. Le pemmican était autrefois mangé par les voyageurs comme accompagnement à leurs biscuits de matelot. Non seulement le pemmican peut se conserver des dizaines d’années c’est une recette anti-gaspillage. À l’époque des voyageurs de la CNO, on ne gaspille pas.

Puisque je suis de nature gourmande, plutôt que de troquer quelques biscuits de Matelot pour un couteau comme Aldéric l’a fait, j’ai remonté le  temps pour demander à ses trois voyageurs de me partager leur recette de Pemmican, que voici :

Ingrédients :

  • 600g de bœuf
  • 200ml de gras de canard
  • 15ml de miel
  • ¾ Tasse de canneberge déshydratée
  • ¾ Tasse de noix de soya grillé salé

Préparation :

  • Tranchez le bœuf le plus mince possible dans le sens contraire des fibres de la viande
  • Placez les fines tranches sur les plateaux dans un déshydrateur.
  • Déshydratez le tout à température voulu (entre 145 et 155 degrés Fahrenheit) (les étapes de déshydratations peuvent se faire dans une cuisinière traditionnelle à 170 degrés Fahrenheit. Laissez la porte de celle-ci légèrement entrouverte. N’oubliez pas qu’on veut sécher la viande et non la cuire.
  • Lorsque la viande est déshydratée (un peu comme des croustilles), broyez-là avec un petit robot culinaire ou encore un pilon. Le but ici n’est pas de produire de la poudre, mais plutôt un grain, un peu comme du café moulu.
  • Faites fondre le gras de canard (ou autre type de gras) et incorporez-le à la viande dans un bol à mélanger
  • Mélangez le tout jusqu’à texture homogène.
  • Incorporez en mélangeant le miel, les canneberges et les grains de soya à la préparation.
  • Transvidez le mélange dans un pyrex prémuni d’un papier parchemin ou ciré et compactez le tout.
  • Mettre la préparation au frais pour faire saisir le gras qui agit comme agent liant
  • Une fois refroidit, coupez en portion de taille voulue selon votre appétit.

 

Les trucs et astuces de notre artisan de la mémoire patrimoniale collective vous ont été utiles? Pour en savoir plus sur le pemmican et autres astuces de survies nous vous conseillons de consulter les sites de Québec survie urbaine et Survie Boréale.

 

https://www.quebecsurvieurbaine.com/comment-faire-du-pemmican/

http://survieboreale.com/wp/pemmican/